Imprimer
PDF

Les effets des ondes

Quels sont les effets possibles des ondes sur le corps humain?

Quand le corps est exposé à des champs de radiofréquences, il absorbe peu à peu de l'énergie. Déterminer la quantité d'énergie de radiofréquence qu’un individu absorbe quotidiennement n’est pas évident car l'exposition dépend de nombreux facteurs, en particulier de la distance qui sépare la personne des différentes sources. La force d’un champ chute rapidement avec la distance, ce qui signifie qu'une personne peut absorber davantage d'énergie en provenance d'un appareil qui s’utilise de près - un téléphone portable tenu à la main, par exemple - que d'une source plus puissante, comme une tour de transmission radio, qui est plus éloignée.

Le mode d’interaction entre le corps humain et les ondes électromagnétiques est défini par le rapport des dimensions du corps et de la longueur d’onde. Dans le cas des très grandes longueurs d’onde (donc des basses fréquences), le corps est simplement plongé dans un champ qui l’environne. Les interactions sont très faibles, et le corps est pratiquement invisible pour les ondes qui se propagent. Les effets du champ électrique sont une accumulation de charges électriques à la surface du corps (ex. expérience des cheveux dressés sur la tête…), et ceux du champ magnétique la création de courants circulant dans le corps. Le corps humain étant naturellement le siège de courant de faible intensité lié à l’activité de l’organisme, les champs magnétiques statiques pénétrant le corps peuvent engendrer de courant induits. Ces courants peuvent à leur tour stimuler les nerfs et les muscles ou affecter des processus biologiques s’ils atteignent une intensité suffisante. Toutefois ces effets ne s’observent qu’à partir de valeurs très fortes du champ.

Lorsque la fréquence est plus élevée (de la radiodiffusion à la téléphonie mobile), les longueurs d’onde diminuent, et leur taille devient similaire à celle du corps ou des membres. Le corps humain agit alors comme un obstacle au champ électromagnétique radio et hyperfréquence. Les phénomènes d’interactions changent, et plus la fréquence augmente, plus le corps est un obstacle opaque pour les ondes. Les interactions vont alors se limiter à une absorption de plus en plus superficielle de l’énergie de rayonnement, à mesure que la fréquence augmente. Le principal effet biologique est de nature thermique. Cette propriété est utilisée dans les fours à micro ondes pour réchauffer les aliments. L’effet calorifique apparaît à des niveaux d’intensité assez élevée. Au-delà de certains seuils, l’échauffement corporel provoque des lésions aiguës telles que brûlures fibrillation cardiaques ou réaction de type fiévreux. Dans le cas spécifique des téléphones mobiles, la part de la puissance absorbée par la tête et la main est assez variable, et dépend de la géométrie du téléphone, ainsi que de ses caractéristiques propres de rayonnement. Elle est déterminée par une grandeur appelée DAS (débit d’absorption spécifique). En moyenne, on peut considérer que la moitié de la puissance émise est absorbée par le corps, cette partie étant elle-même absorbée pour moitié par la peau.

L'OMS a identifié des besoins de recherche pour procéder à une meilleure évaluation du risque et promouvoir ces travaux auprès d'organismes de financement. Actuellement et en bref, ces travaux dressent le tableau suivant :

• Cancer : dans l'état actuel des connaissances scientifiques, il est peu probable que l'exposition à des champs RF, comme ceux produits par les téléphones mobiles et les stations de base, induise ou favorise l'apparition de cancers. Plusieurs études portant sur des animaux exposés à des champs RF du type de ceux émis par les téléphones mobiles n'ont pu apporter la preuve que les RF induisaient ou favorisaient l'apparition de tumeurs cérébrales. Toutefois, si une étude a établi en 1997 que les champs RF augmentaient le taux d'apparition des lymphomes chez des souris génétiquement modifiées, les conséquences de ce résultat pour la santé ne sont pas claires. Plusieurs études sont en cours pour confirmer cette observation et déterminer si ces résultats sont applicables à l'homme. Trois études épidémiologiques récentes n'ont pas trouvé de preuves concluantes d'une augmentation du risque de cancer ou de toute autre maladie en relation avec l'utilisation de téléphones mobiles.

Autres risques pour la santé : les chercheurs ont signalé d'autres effets liés à l'utilisation des téléphones mobiles, comme des modifications de l'activité cérébrale, du temps de réaction et de la structure du sommeil. Ces effets, minimes, n'ont apparemment pas d'incidence sur la santé. Des études sont en cours pour essayer de confirmer ces résultats.

• Interférences électromagnétiques : il existe des possibilités d'interférence lorsque les téléphones mobiles sont utilisés à proximité de certains dispositifs médicaux (comme les pacemakers, les défibrillateurs internes et certaines prothèses auditives).

Pour plus d’informations : http://www.who.int/peh-emf/about/WhatisEMF/fr/

  http://www.who.int/topics/electromagnetic_fields/fr/

Mise à jour le Jeudi, 13 Juillet 2017 16:02