Imprimer
PDF

1ère édition des Assisses du numérique

assise numerique3
Les 1ères assises du numérique en Côte d’Ivoire se sont déroulées du jeudi 28  au vendredi 29 mai 2015. Ces journées sponsorisées par l’ARTCI ont été marquées par la présence du Ministre Ivoirien de la Poste et des TIC M. Bruno Koné,  et du SG de l’UAT Abdoulkarim Soumaila. Le ministre de la Poste et des Technologies de l’Information et de la Communication (TIC), M. Bruno Koné s’est réjoui du thème « Cyberespace et données personnelles » qui a permis aux experts et participants à ces assises, de réfléchir sur les problématiques liées à la protection des données à caractère personnel dans le cyberespace ivoirien. Au programme de ces assises, cinq panels ont été organisés autour du thème principal.

Il s’agissait de la régulation du Big Data, la monétisation des données personnelles, le Cloud computing et les données personnelles, la Cyber sécurité et les données personnelles et enfin, les Cyber applications et les données personnelles. Au sortir de ces assises il est à noter les points suivants : l’identification des problèmes et solutions liés à la protection des données à caractère personnel, l’élaboration de propositions pour la régulation et la gestion des données personnelles et la sensibilisation des acteurs publics et usagers sur les risques et les enjeux de la protection des données à caractère personnel.  Il faut noter, la présence du Directeur Général de l’ARTCI M. Bilé Diéméléou  à l’ouverture des travaux.

En outre, l’ARTCI a animé un panel sur le Cloud Computing et les données personnelles. M. Coulibaly Nahoua (Chef de service DCP à la DSIT) et Madame Gbato Léontine (Directeur des affaires juridiques) représentaient le régulateur lors de ce panel. Nous retiendrons de ce panel concernant l’ARTCI, qu’une plateforme sera mise en place afin de suivre toutes les opérations liées aux données à caractère personnel. Pour un coup d’essai c’était un coup de maitre, félicitations à ICT Consulting.

Réactions

dg ict consulting Dr Guibessongui N’Datien : Directeur Général ICT Consulting, Commissaire Général du Forum

Pourquoi le choix du thème « Cyberespace et données personnelles »  Monsieur le Directeur Général?
Les lois sur les transactions électroniques, la protection des données à caractère personnel et la loi sur la lutte contre la cybercriminalité sont peu connues par les acteurs, que ce soit les opérateurs, les régulateurs. Parce que, les données personnelles n’étaient pas une problématique régulée à l’époque par les anciens régulateurs.  C’est vraiment nouveau, les expertises sont nouvelles et les enjeux sont nouveaux. Alors que la loi a été prise en 2013, beaucoup d’acteurs ne sont pas encore imbibés des enjeux relatifs à la loi sur la protection des données à caractère personnel. Vous recevez encore des mails n’importe comment, des SMS parfois contre votre volonté qui sont notamment des prospections commerciales, alors que la prospection commerciale est prohibée par la loi sur les données à caractère personnel, on vous propose des sites alors que vous ne les avez pas demandés.

C’est donc dans le but de traiter toutes ces problématiques et, surtout, de renforcer les capacités du personnel des opérateurs et des structures publiques nationales qui collectent, stockent, traitent ou régulent ces données personnelles que ses Assises ont été organisées, sous la houlette du ministre Bruno Koné en charge de la Poste et des Tic, et d’autres personnalités comme le Secrétaire général de l’Union africaine des télécommunications, Abdoulkarim Soumaila.

Comment se sont déroulés les travaux?
Pendant deux jours, les participants ont entamé la réflexion, à la fois sur les préoccupations d’ordre technique, économique et juridique liées à la régulation du Big data, la monétisation des données personnelles, le Cloud computing et la cybersécurité. L’objectif était d’instaurer un cadre propice à la confiance dans l’utilisation des TIC dans le cyber espace national et communautaire. Ce fut des échangés riches en enseignement.

Les objectifs ont il été atteints ?
Je pense que oui. Ils visaient à attirer l’attention sur les problématiques relatives à la protection des données à caractère personnel dans le cyberespace et contribuer ainsi à la vitalité et à la maturité du secteur des Tic et du numérique dans l’espace CEDEAO en général et en Côte d’Ivoire en particulier. Nous avons été servi à ce niveau, vu la qualité des intervenants et surtout la présence du public.

Un mot pour l’un des partenaires majeurs de cet évènement, l’ARTCI ?
Nous remercions l’ARTCI de s’être associée à cet évènement. Nos remerciements aussi au Directeur Général, Bilé Diéméléou pour sa présence. Vous avez en charge la protection des données à caractère personnel, nous vous encourageons pour le travail déjà abattu. Il y a beaucoup à faire, c’est un domaine nouveau, vous pouvez compter sur notre soutien pour l’accomplissement de cette mission. Nous souhaitons que vous continuiez à nous accompagner sur ce forum pour les éditions à venir.

dominique-roux   Dominique Roux: (Directeur de la Chaire Economie Numérique-Université Paris Dauphine) : Réguler le Big Data en Côte d’Ivoire.

« Le big data, littéralement les "grosses données", parfois appelé données massives  désignent des ensembles de données qui deviennent tellement volumineux qu'il s’avère difficiles à traiter avec des outils classiques de gestion de base de données ou de gestion de l'information. Nous recommandons au régulateur pour la gestion de cette question en Côte d’Ivoire de créer un comité consultatif d’entreprises afin de réfléchir sur  la question, et permettre une régulation effective du big data dans votre pays. »

Serge N’TAMACK (Directeur des Affaires Juridiques et Réglementaires – Microsoft Afrique) : Etre formé en protection des données
« Les données à caractère personnel sont encore méconnues du grand public. En termes de formation cela est aussi nouveau en Côte d’Ivoire. Nous proposons à l’ARTCI nos services pour le renforcement en capacité de ses agents dans ce domaine, nous sommes vraiment disposés à accompagner la Côte d’Ivoire et lui permettre d’avoir les meilleurs outils et formation pour la protection des données. »

dg vitib Pango Philippe (Directeur Général VITIB) : Protéger nos données stratégiques

« Les données de l’Etat doivent être hébergées en interne et non sur des ressources à l’étranger. Nous interpellons nos dirigeants à mettre tout en œuvre pour que toutes les données stratégiques puissent rester sur nos ressources internes, même si cela n’est pas possible à 100% il faut faire le maximum à ce niveau. » 

 

Mise à jour le Mercredi, 17 Juin 2015 15:28

Articles parus récement